Je me remplis de cet air
Qui me vient de la Provence.
Tout en elle est réjouissance
Et si quelqu'un en est fier
Je l'écoute en souriant ;
Pour un mot j'en voudrais cent
Tant j'aime l'entendre dire.

Nul ne sait si doux repaire
Qu'ici entre Rhône et Vence,
De la mer à la Durance,
Une pure joie s'éclaire.
Là, parmi de nobles gens,
J'ai laissé mon coeur jouissant
A celle qui rend le rire.

Il n'est nul qui désespère
Quand lui revient souvenance
De celle en qui Joie commence,
Et celui qui la révère
Et la loue jamais ne ment
Car elle est assurément
La plus belle qu'on admire.

Je ne sais rien dire ou faire
Dont je ne lui sois gré, science
M'a donné et connaissance
Et le gai talent des vers ;
Ce que je fais d'avenant,
Même quand je vais rêvant,
C'est son corps qui me l'inspire !
Ab l'alen tir vas me l'aire
Qu'ieu sen venir de Proensa!
Tot quant es de lai m'agensa,
Si que, quan n'aug ben retraire,
Ieu m'o escout en rizen
E.n deman per un mot cen:
Tan m'es bel quan n'aug ben dire.

Qu'om no sap tan dous repaire
Cum de Rozer tro c'a Vensa,
Si cum clau mars e Durensa,
Ni on tant fins jois s'esclaire.
Per qu'entre la franca gen
Ai laissat mon cor jauzen
Ab lieis que fa.ls iratz rire.

Qu'om no pot lo jorn mal traire
Qu'aja de lieis sovinensa,
Qu'en liei nais jois e comensa.
E qui qu'en sia lauzaire,
De ben qu'en diga, no.i men!
Que.l mielher es ses conten
E.l genser qu'el mon se mire.

E s'ieu sai ren dir ni faire,
Ilh n'aia.l grat, que sciensa
M'a donat e conoissensa,
Per qu'ieu sui gais e chantaire.
E tot quan fauc d'avinen
Ai del sieu bell cors plazen,
Neis quan de bon cor consire.