Amour me requiert en son nom
Pour que mon chant fasse savoir
Comment il m'a en son pouvoir
Et s'il m'est trop cruel ou non !
Je veux répondre à son appel,
Quand revient la saison nouvelle,
Et je veux que mon chant relaie
Mon coeur, qui est dès lors en paix
Puisque que m'est venue la  joie
D'un bel espoir que je conçois.

J'ai suivi d'Amour les leçons
 Et je sais mieux m'en émouvoir
Depuis que vont tout mon espoir
Et ma pensée, mes intentions,
Vers une dame fine et belle !
Que suis aimé d'une pucelle !
Et que ribaude qui me plaît
Je m'en amuse et m'en égaie !
Je ne me sens pas moins courtois
En partageant l'amour en trois !

Car, Amour me donne raison
D'aimer, dame pour plus valoir,
Pucelle pour la recevoir,
Et surtout de trouver si bon
Une fillette en prime selle,
Quand elle est bien fraîche et nouvelle,
Qui jamais ne me trahirait
Car avec elle, si je la paie,
Je couche un soir ou deux par mois
En rendant à l'amour son droit !

Il n’a d’Amour nulle notion
Qui d'une dame veut tout avoir !
Elle ne doit pas y pourvoir,
Donner son corps, l'offrir en don !
Qu'on ait l'anneau ou la cordelle,
Que l'on se croit roi de Castille,
Seule a valeur cour d'amour vrai !
Et si un seul baiser j'avais,
Que le surplus, merci ma foi,
Soit un trésor gardé pour soi !

J’aime bien, quand vient la saison,
Qu’une pucelle belle à voir,
A mon côté, vienne s'asseoir,
Si suis venu en sa maison ;
Si je veux sentir son aisselle,
Lui presser un peu la mamelle,
Qu’elle ne bouge et ne s'effraie,
Mais tâche à me serrer de près !
J'aurai baiser et cette fois
Je frôlerais le doux endroit !

Quant à ribaude au corps girond,
J'espère au moins que, sans histoires,
Elle cède à tout mon vouloir,
Sans nulle querelle ou tension
Pour ôter chemise et gonelle,
Danser sur l'air que je lui vielle !
Et qu'avec grand soin l'on essaie,
Des jeux d'amour, tous les attraits !
Et si elle en sait plus que moi
Qu'elle me montre alors la voie !

Amors m'envida e-m somo
Qu'ieu chant e fassa a saber
Cossi-m ten Amors en poder,
O si m'es trop mala o no!
E pois vei ques il m'en apella,
E-ill sazos, q'ades renovella,
Ben es dreitz qu'en chantan retraia
Coissi-m conorta e m'apaia
Uns jois qui s'es e mon cor mes,
Per bon respieich que m'a conques.

De totz los bens qu'en amor so,
Ai ieu ara calque plazer,
Car ieu ai mes tot mon esper,
Mon penssar e m'entencio
En amar dompna coind' e bella,
E soi amatz d'una piucella,
E quan trob soudadeira gaia,
Deporte mi cossi qe-m plaia!
E per tant non son meins cortes
Ad amor si la part en tres.

Amors vol ben que per razo
Eu am mi donz per mais valer,
Et am piucella per tener!
E sobre tot qe-m sia bo
S'ab toseta de prima sella,
Qand es frescheta e novella,
Don no-m cal temer que ja-m traia,
M'aizine tant que ab lieis jaia
Un ser o dos de mes en mes,
Per pagar ad Amor lo ces.

Non sap de dompnei pauc ni pro
Qui del tot vol si donz aver.
Non es dompneis, pois torn'a ver,
Ni cors s'i ren per guizerdo.
Aia-n om anel o cordella,
E cuich n'esser reis de Chastella.
Pro es dompneis d'amor veraia,
Si joias pren e, qan pot, baia!
E-l sobreplus teigna Merces
En thezaur, e no-n done ges.

Franca piucella de sazo
Mi platz, qand m'es de bel parer,
E-is vai de josta mi sezer,
Qan sui vengutz en sa maiso!
E si-l vuoill baisar la maissella
O-il estreing un pauc la mamella,
No-is mou ni-s vira ni s'esglaia,
Anz poigna cum vas mi s'atraia,
Tro que-l baisars en sia pres
E-l doutz tocars de luoc deves.

De soudadeira coind'e pro
Vuoill qe-m don' ab pauc de querer
Tot so c'Amors vol a jazer,
E non fassa plaig ni tensso
D'ostar camisa ni gonella,
Anz danze segon qe-l viella
Cel que non a soing qe-is estraia
De far tot ioc q'Amors l'atraia!
E s'il n'avia mais apres,
Ja de l'enseignar no-is feisses.