Alors brille la fleur inverse
Sur les falaises, sur les tertres
Quelle fleur ? Neige, gel et givre
Qui brûle et tourmente, qui tranche
Meurt en appels, chants, cris, sifflets
En feuilles, en rameaux, en branches
Mais me tient vert joyeuse joie
Quand je vois secs, dolents, les traîtres

Ainsi toute chose j'inverse
Belle plaine me semble tertre
Je tiens pour fleur le gel, le givre
La chaleur m'est un froid qui tranche
Et le tonnerre chante et siffle
Les feuilles se couvrent de branches
Ainsi ferme, enlacé de joie
Ne vois plus rien qui me soit traître

Mais la gent des fadas inverses
Qui furent nourris sur des tertres
Me font plus de mal que le givre
Car ils ont la langue qui tranche
Ils parlent bas et bas sifflent
Rien ne vaut, ni bâtons ni branches
Ni menaces, telle est leur joie
Faire ce qui fait d'eux des traîtres

En vous baisant, je vous renverse
Ne m'arrêtent plaine ni tertre
Dame, ni le gel ni le givre
Mais le non-pouvoir m'en retranche
Dame, pour qui je chante et siffle
Votre bel œil est pour moi branche
Qui flagelle mon cœur en joie
Je n'ose avoir un désir traître

J'allai comme chose inverse
De falaises en vaux, en tertres
Marri comme celui que le givre
Persécute, affaiblit et tranche
Ne m'ont conquis chants ni sifflets
Pas plus qu'un clerc battu de branches
Mais, grâce à Dieu m'héberge joie
Malgré les faux louangeurs traîtres

Mon vers s'en va qu'ainsi j'inverse
Que ne retient ni bois ni tertre
Là où nul ne ressent de givre
Où nul pouvoir du froid ne tranche
A ma dame, qu'il chante et siffle
Clair et qu'au cœur entre la branche
Celle qui sait chanter la joie
Qui ne convient au chanteur traître

Douce dame, l'amour, la joie
Nous unissent malgré les traîtres

Joglar, je perds toute ma joie
Quand ne vous vois, je semble traître
Ar resplan la flors enversa
Pels trencans rancs e pels tertres
Quals flors? Neus, gels e conglapis
Que cotz e destrenh e trenca;
Don vey morz quils, critz, brays, siscles
En fuelhs, en rams e en giscles.
Mas mi ten vert e jauzen Joys
Er quan vei secx los dolens croys. 

Quar enaissi m'o enverse
Que bel plan mi semblon tertre,
E tenc per flor lo conglapi,
E·l cautz m'es vis que·l freit trenque,
E·l tro mi son chant e siscle,
E paro·m fulhat li giscle.
Aissi·m sui ferm lassatz en joy
Que re non vey que·m sia croy.

Mas una gen fad' enversa
(com s'erom noirit en tertres)
Qu·em fan pro piegs que conglapis;
Qu·us quecs ab sa lenga trenca
E·n parla bas et ab siscles;
E no i val bastos ni giscles,
Ni menassas; –ans lur es joys
Quan fan so don hom los clam croys.

Quar en baizan no·us enverse
No m'o tolon pla ni tertre,
Dona, ni gel ni conglapi,
Mais non-poder trop en trenque.
Dona, per cuy chant e siscle,
Vostre belh huelh mi son giscle,
Que·m castion si·l cor ab joy
Qu'ieu no·us aus aver talant croy. 

Anat ai com cauz' enversa
Sercan rancx e vals e tertres,
Marritz cum selh que conglapis
Cocha e mazelh' e trenca:
Que no·m conquis chans ni siscles
Plus que flohs clercx conquer giscles.
Mas ar – Dieu lau – m'alberga Joys
Malgrat dels fals lauzengiers croys.

Mos vers an – qu'aissi l'enverse,
Que no·l tenhon bosc ni tertre –
Lai on om non sen conglapi,
Ni a freitz poder que y trenque.
A midons lo chant e·l siscle
Clar, qu'el cor l'en intro·l giscle,
Selh que sap gen chantar ab joy
Que no tanh a chantador croy.

Doussa dona, Amors et Joys
Nos ajosten malgrat dels croys.

Jocglar, granren ai meynhs de joy!
Quar no·us vey, en fas semblan croy.