Avec Alain Charlon et Cyrille Aumasson
Gai temps de Pâques, quel bonheur
De voir fleurir et reverdir !
Tant me plaît la joyeuse humeur
Des oiseaux qui font retentir
Leur chant par le bocage !
Il me plaît de voir sur les prés
Tentes et pavillons dressés,
Et cela me soulage
De voir dans la plaine rangés
Chevaliers et chevaux armés !

Il me plaît quand les éclaireurs
Font les gens avec leurs biens fuir
Me plaît de voir en poursuiveurs
Un rang d'hommes d'armes venir
Et cela m’encourage
De voir des châteaux assiégés,
Des remparts rompus, effondrés,
Et l’armée au rivage
Tout à l’entour clos de fossés
Et de solides pieux serrés !

Il me plaît quand un seigneur
Est le premier à envahir,
A cheval, bien armé, sans peur,
Ainsi fait les siens s’enhardir,
Combattre avec courage !
Et puisque l'assaut est lancé
Chacun doit être décidé
D'y aller sans partage
Car nul ne peut être prisé
S’il n’a maints coups pris et donnés.

Masses, épées, heaumes de couleur,
Ecus trancher et dégarnir !
Lorsque le combat fait fureur,
On voit tous les vassaux férir,
Courir libres, sauvages,
Les chevaux des morts, des blessés.
Quand il sera dans la mêlée,
Chaque homme de parage
Ne pensera plus qu'à trancher,
Car mieux vaut mort que vif à pied !

Je ne trouve aucune saveur
A manger, ni boire ou dormir,
Si je n’entends crier en chœur
« Sus ! » des deux côtés et hennir
Des chevaux sous l’ombrage,
Si je n’entends crier « aidez !»
Ceux qui roulent dans les fossés
S'entassent sur l’herbage,
Si je ne vois les morts plantés
D’un étendard bien enfoncé !

Barons, mettez en gage
Vos châteaux, villes et cités…
Partez sur l’heure et guerroyez !

Papiol*, ce message,
A Oui-et-Non** vas le porter
Et dis que Paix a trop duré !
Be.m plai lo gais temps de pascor,
Que fai fuoillas e flors venir!
E plai me qand auch la baudor
Dels auzels que fant retintir
Lo chant per lo boscatge!
E plai me qand vei per los pratz
Tendas e pavaillons fermatz!
Et ai grand alegratge
Qan vei per campaignas rengatz
Cavalliers e cavals armatz.

E platz mi qan li corredor
Fant las gens e l'aver fugir,
E platz me qan vei apres lor
Granren d'armatz corren venir,
E platz m'e mon coratge
Qan vei fortz chastels assetgatz
E.ls barris rotz et esfondratz,
E vei l'ost el ribatge
Q'es tot entorn claus de fossatz,
Ab lissas de fortz pals serratz.

Et atressi.m platz de seignor
Qand es primiers a l'envazir
En caval, armatz, ses temor,
C'aissi fai los sieus enardir
Ab valen vassalatge.
E pois qe l'estorns es mesclatz,
Chascus deu esser acesmatz
E segre.l d'agradatge,
Que nuills hom non es ren presatz
Tro q'a mains colps pres e donatz.

Massas e brans, elms de color,
Escutz traucar e desgarnir
Veirem a l'intrar de l'estor,
E maing vassal essems ferir,
Don anaran aratge
Cavail dels mortz e dels nafratz.
E qand er en l'estor intratz,
Chascus hom de paratge
Non pens mas d'asclar caps e bratz,
Car mais val mortz qe vius sobratz.

E.us dic qe tant no m'a sabor
Manjar ni beure ni dormir
Cum a qand auch cridar, a lor
D'ambas las partz, et auch bruir
Cavals voitz per l'ombratge,
Et auch cridar, aidatz aidatz
E vei cazer per los fossatz
Paucs e grans per l'erbatge,
E vei los mortz qe pels costatz
Ant los tronchos ab los cendatz.

Amor vol drut cavalgador,
Bon d'armas e larc de servir,
Gen parlan e gran donador
E tal qi sapcha far e dir
Fors e dinz son estatge
Segon lo poder qi l'es datz.
E sia d'avinen solatz,
Cortes e d'agradatge.
E domna c'ab aital drut jaz
Es monda de totz sos pechatz.

Pros comtessa, per la meillor
C'anc se mires ni mais se mir
Vos ten hom, e per la genssor
Dona del mon, segon c'auch dir.
Biatritz d'aut lignatge,
Bona dompn'en digz et en fatz,
Fonz lai on sorz tota bontatz,
Bella ses maestratge,
Vostre rics pretz es tant poiatz
Qe sobre totz es enanssatz.

Donzella d'aut linhage,
Tal en cui es tota beutatz,
Am fort, e sui per leis amatz!
E dona.m tal corage
Qe ja no pens esser sobratz
Per un dels plus outracujatz.

Baron, metetz en gatge
Castels e vilas e ciutatz
Enans c'usqecs no.us gerreiatz.

Papiol, d'agradatge
Ad Oc e No t'en vai viatz!
Digas qe trop estau en patz.