concert - rencontre à Trobarea, septembre 2009

J'ai le coeur si plein de joie,
Tout se dénature !
Et fleur blanche qui rougeoie
Semble la froidure ;
Par le vent, la pluie, s'accroît
Ma soif d'aventure ;
Mon chant monte et se déploie
Et mon prix perdure.
J'ai au coeur tant d'amour,
De joie et de douceur,
Que le gel me semble fleur,
La neige verdure.
 
Je puis aller sans vêture,
Nu sous ma chemise,
Car un pur amour m'assure
De la froide bise,
Mais fou qui par démesure
N'en fait qu'à sa guise !
De moi-même j'ai pris cure
Dès que l'eus requise :
La plus belle d'amour,
Dont j'attends tant d'honneur,
Car en lieu de sa grandeur
Je ne voudrais Pise !

Quoiqu'elle me l'interdise,
Je garde confiance !
Car je sais au moins conquise
Sa douce obligeance ;
J’eus, bien qu’elle m’éconduise,
Tant de réjouissance,
Qu'au revoir n'auront d'emprise,
Sur moi mes souffrances !
Mon cœur est près d'Amour,
L'esprit auprès du cœur,
Mais le corps ici, ailleurs,
Si loin d'elle, en France.

Toute ma bonne espérance
Bien peu me seconde,
Elle me tient en balance
Comme nef sur l'onde.
Ces pensées m'ôtent le sens,
La nuit, me confondent ;
Je tourne et vire en tous sens,
Tant ma peine abonde.
Je languis plus d'amour
Que Tristan en son coeur
Qui souffrit maintes douleurs 
Pour Izeut la blonde.

Dieu, que ne suis-je l'aronde
Qui vole dans l'air
Pénétrant la nuit profonde
Jusqu'à son repaire.
Las ! belle dame gironde,
Votre amant se perd !
Je crains que mon coeur ne fonde
Si je désespère...
Dame, pour votre amour
Je prie avec ardeur ;
Beau corps aux fraîches couleurs,
J'ai pour vous souffert !

Au monde, il n'est nulle affaire
Qui autant m'inspire !
Pour peu qu'il en soit matière
Là mon coeur chavire
Et mon visage s'éclaire !
Que pourrais-je dire
Sans qu'à vos yeux ne s'avère
Qu'il me prend de rire ?
Si franc est mon amour
Que maintes fois j'en pleure ;
Meilleure en est la saveur
Qu'offrent les soupirs !

Messager, va et cours !
Et dis à la meilleure
La détresse et la douleur
Qui font mon martyre
Tant ai mo cor ple de joya,
Tot me desnatura.
Flor blancha, vermelh’ e groya
Me par la frejura,
C’ab lo ven et ab la ploya
Me creis l’aventura,
Per que mos chans mont’ e poya
E mos pretz melhura.
Tan ai al cor d’amor,
De joi e de doussor
Per que.l gels me sembla flor
E la neus verdura.

Anar posc ses vestidura,
Nutz en ma chamiza,
Car fin’ amors m’asegura
De la freja biza.
Mas es fols qui.s desmezura,
E no.s te de guiza.
Per qu’eu ai pres de me cura,
Deis c’agui enquizaLa plus bela d’amor,
Don aten tan d’onor,
Car en loc de sa ricor
No volh aver Piza.
 
De s’amistat me reciza
Mas be n’ai fiansa,
Que sivals eu n’ai conquiza
La bela semblansa.
Et ai ne a ma deviza
Tan de benanansa,
Que ja.l jorn que l’aurai viza,
Non aurai pezansa.
Mo cor ai pres d’Amor,
Que l’esperitz lai cor,
Mas lo cors es sai, alhor,
Lonh de leis, en Fransa. 

Eu n’ai la bon’ esperansa.
Mas petit m’aonda,
C’atressi.m ten en balansa
Com la naus en l’onda.
Del mal pes que.m desenansa,
No sai on m’esconda.
Tota noih me vir’ e.m lansa
Desobre l’esponda.
Plus trac pena d’amor
De Tristan l’amador,
Que.n sofri manhta dolor
Per Izeut la blonda.
 
Ai Deus car no sui ironda,
Que voles per l’aire
E vengues de noih prionda
Lai dins so repaire
Bona domna jauzionda,
Mor se.l vostr’ amaire
Paor ai que.l cors me fonda,
S’aissi.m dura gaire.
Domna, per vostr’ amor
Jonh las mas et ador
Gens cors ab frescha color,
Gran mal me faitz traire

Qu’el mon non a nul afaire
Don eu tan cossire,
Can de leis au re retraire,
Que mo cor no i vire
E mo semblan no.m n’esclaire.
Que que.m n’aujatz dire,
Si c’ades vos er veyaire
C’ai talan de rire.
Tan l’am de bon’ amor
Que manhtas vetz en plor
Per o que melhor sabor
M’en an li sospire.

Messatgers, vai e cor,
E di.m a la gensor
La pena e la dolor
Que.n trac, e.l martire.