Je veux écrire un nouveau plaidoyer
Pour le chanter au jour du jugement
A celui qui me tira du néant !
S'il a quelque chose à me reprocher,
Si c'est au diable qu'il veut m'envoyer,
Je lui dirai : "cessez, Seigneur, pitié !
J'ai tant peiné dans ce monde mauvais,
Préservez-moi des démons, s'il vous plaît !!"
 
Toute sa cour sera émerveillée
Quand elle entendra cette plaidoirie !
Car je dis qu'il commet une infâmie
Envers les siens, s'il songe à les damner !
Celui qui perd ce qu'il pourrait gagner
Ne connaîtra que vile pauvreté !
Il doit se montrer doux et plein d'ardeur
Pour retenir les âmes quand vient l'heure.
 
Et il devrait déshériter les diables ;
Il en aurait plus d'âmes et plus souvent,
Ce qui rendrait tout le monde content !
Et cet acte lui serait pardonnable ;
Que lui coûterait donc leur destruction
Quand il peut s'en donner l'absolution ?
Beau Seigneur, détruisez ces ennemis,
Qui nous causent tant de peine et d'ennui !

Ne tenez plus votre porte fermée,
Car Saint-Pierre en a honte désolante !
Le portier voudrait qu'entrât souriante
Toute âme qui voudrait par là entrer !
Nulle cour n'est jamais vraiment unie
Si l'un pleure tandis que l'autre rit...
Ô puissant seigneur, si votre maison,
Me restait fermée, j'en voudrai raison !

Je ne veux pas, de vous, désespérer ;
Car j'ai placé en vous tout mon espoir !
A ma mort, vous ferez votre devoir
Et mon âme et mon corps seront sauvés !
Je ne vous laisserai que deux partis :
Me renvoyer d'où vous m'avez sorti,
Ou, sinon, me pardonner ces péchés
Que je n'eus commis si je n'étais né !
Un sirventes novel vueill comensar,
Que retrairai al jor del jujamén
A sel que-m fes e-m formet de nién.
S'el me cuja de ren arazonar
E s'el me vol metre en la diablía
Ieu li dirai: seinher, merce, non sía
Qu'el mal segle tormentiei totz mos ans.
E guardas mi, si-us plas, dels tormentans.

Tota sa cort farai meravillar
Cant auziran lo mieu plaideiamen;
Qu'eu dic qu'el fa ves los sieus faillimen
Si los cuja delir ni enfernar.
Car qui pert so que gazanhar poiría,
Per bon dreg a de viutat carestía,
Qu'el deu esser dous e multiplicans
De retener las armas trespassans.

Los díables degra dezeretar
Et agra mais d'armas e plus soven,
E-l dezeretz plagra a tota gen
Et el mezeis pogra s'o perdonar,
Car per mon grat trastotz los destruiría,
Pos tut sabem c'absolver s'en poiría:
Bels seinhers Dieus sias dezeretans
Dels enemix enuios e pezans

Vostra porta non degras ja vedar,
Que sans Peires i pren trop d'aunimen
Que n'es portiers: mas que intres rizen
Tota arma que lai volgues intrar.
Car nuilla cortz non er ja ben complía
Que l'uns en plor e que l'autre en ría;
E sitot ses sobeirans reis poissans,
Si no m'ubres, er vos en fatz demans.

Ieu no me vueill de vos dezesperar;
Anz ai en vos mon bon esperamen,
Que me vaillas a mon trespassamen:
Per que deves m'arma e mon cors salvar.
E farai vos una bella partía:
Que-m tornetz lai don moc lo premier día
O que-m siatz de mos tortz perdonans.
Qu'ieu no-ls fora si non fos natz enans.

S'ieu ai sai mal et en enfern l'avía,
Segon ma fe tortz e peccatz sería,
Qu'ieu vos puesc ben esser recastenans
Que per un ben ai de mal mil aitans.

Per merce-us prec, donna sancta María,
C'al vostre fill mi fassas garentía,
Si qu'el prenda lo paire e-ls enfans
E-ls meta lay on esta sans Johans.