Denis Vanderhaeghe et Évelyne Moser

Ferai un vers dans mon sommeil,
Marchant, dormant face au soleil.
Ces dames de mauvais conseil
Sont déloyales
Et de l'amour d'un chevalier
Font un grand mal.

Dame ne fait mortel péché
Aimant un loyal chevalier,
Mais si c'est un moine, un curé,
C'est déraison !
Par droit prend-on pour la brûler
L'ardent tison !

Un jour, non-loin du Limousin,
Seul et sans bruit faisant chemin,
Trouve les femmes de Garin
Et de Bernart ;
Elle me saluent simplement
Par saint Launart !

L'une me dit en son latin :
"Dieu vous sauve don pélerin,
Vous me semblez de beau maintien,
- Apparement ! -
Mais on voit aller par le monde
De folles gens !"

Ecoutez ce que répondis :
Ni bat ni but, je ne lui dis,
Ni du manche, ni de l'outil,
Mais seulement :
"Babariol, babariol,
Babarian".

Lors dit Agnès à Ermessen :
"Nous l'avons trouvé à présent,
Loué soit Dieu, profitons-en :
Il est muet !
Ce que nous ferons avec lui
Sera secret."

L'une me prend sous son manteau,
Dans sa chambre près du fourneau ;
Sachez que ce fut bon et beau,
Le feu fut bon
Et je me chauffais volontiers
Aux gros charbons !

Des chapons cuisaient sur le feu,
Il y en avait plus de deux !
Ni marmiton, ni maître-queux,
Seuls tous les trois
Avec pain blanc, et vin et poivre
Autant que joie !

"Ma soeur, cet homme est un rusé
Et, devant nous, ne veut parler,
Mais de ce pas je vais chercher
Notre chat roux
Et nous verrons bien si cet homme
Se joue de nous." 

Agnès partit chercher le chat
Aux longues moustaches et trop gras ;
Dès que je le vis qui fut là,
J'en eus grand peur !
Je faillis perdre mon courage
Et ma valeur.

Lorsque j'eus bu et bien mangé,
Je me mis nu tout à leur gré ;
L'une prend l'animal grossier
Et trop félon,
Elle le tire dans mon dos
Jusqu'aux talons.

Oui, par la queue, soudainement
Tire le chat, lui me griffant,
M'ouvrant des plaies, et plus de cent !
Là, sans tarder !
Mais moi je n'eus fait aucun geste,
M'eut-on tué !

"Soeur" dit Agnès à Ermessen
"Il est muet, ça se voit bien !
Soeur, préparons-lui donc le bain
Et le séjour."
Huit jours et plus je suis resté
Auprès du four.

Tant les foutis, écoutez-moi,
Cent et quatre-vingt et huit fois,
Que faillis rompre mes courroies
Et mon harnois.
Le mal qui m'en vint fut plus grand
Que ne sais dire !

Non, je ne peux dire ce mal,
Si grand m'en vint !
Farai un vers, pos mi sonelh,
E-m vauc e m'estauc al solelh.
Donnas i a de mal conselh,
Et sai dir cals:
Cellas c'amor de cavalier
tornon a mals.

Donna no fai pechat mortal
Que ama cavalier leal;
Mas s'ama monge o clergal
Non es raizo:
Per dreg la deuri'hom cremar
ab un tezo.

En Alvernhe, part Lemozi,
M'en anei totz sols a tapi:
Trobei la moller d'En Guari
E d'En Bernart;
Saluderon mi sinplamentz
per san Launart.

La una-m diz en son latin:
"O, Deus vos salv, don pelerin;
Mout mi semblatz de belh aizin,
Mon escient;
Mas trop vezem anar pel mond
de folla gent."

Ar auzires qu'ai respondutz;
Anc no li diz ni ba ni butz,
Ni fer ni fust no ai mentagutz,
Mas sol aitan:
"Babariol, babariol,
babarian."

So diz n'Agnes a n'Ermessen:
"Trobat avem que anam queren:
Sor, per amor Deu l'alberguem,
Que ben es mutz,
E ja per lui nostre conselh
non er saubutz."

La una-m pres sotz son mantel
Et mes m'en la cambra, el fornel:
Sapchatz qu'a mi fo bon e bel,
E-l foc fo bos,
Et eu calfei me volentiers
als gros carbos.

A manjar mi deron capos,
E sapchatz agui mais de dos,
Et no-i ac cog ni cogastros,
Mas sol nos tres;
E-l pans fo blancs e-l vins fo bos
e-l pebr'espes.
.
"Sor, si aquest hom es ginhos
Ni laicha a parlar per nos,
Nos aportem nostre gat ros
De mantement,
Qe-l fara parlar az estros,
si de re-nz ment."

N'Agnes anet per l'enoios:
Et fo granz, et ag loncz guinhos:
Et eu, can lo vi entre nos,
Aig n'espavent,
Qu'a pauc no-n perdei la valor
e l'ardiment.

Quant aguem begut e manjat,
Eu mi despoillei per lor grat;
Detras m'aporteron lo gat
Mal e felon:
La una-l tira del costat
tro al tallon.

Per la coa de mantenen
Tira-l gat, et el escoisen:
Plajas mi feron mais de cen
Aquella vetz
Mas eu no-m mogra ges enquers
qi m'ausizetz.

Pos diz N'Agnes a N'Ermessen:
"Mutz es, que ben es conoissen.
Sor, del banh nos apareillem
E del sojorn."
.xli. jorn estei
az aquel torn.

Tant las fotei com auziretz:
Cen e quatre vint et ueit vetz,
Q'a pauc no-i rompei mos corretz
E mos arnes;
E no-us pues dir los malaveg
tan gran m'en pres.

Monet, tu m'iras al mati,
Mo vers porteras el borsi
Dreg a la molher d'en Guari
E d'en Bernat,
E diguas lor que per m'amor
aucizo-l cat