Vercoquin et Bon Voisin

A la douceur du temps nouveau,
Les bois feuillissent et les oiseaux
Chantent chacuns en leur latin
Selon les vers du nouveau chant ;
Il est donc temps de jouir enfin
De ce que l'on désire tant !

De là où tout m'est bon et beau
Ne vient de lettre avec son sceau,
Aussi mon cœur ne dort en rien :
Je n'ose faire un pas avant
Que je ne sache si la fin
Sera celle que j'aime tant !

Car notre amour vient du matin,
Comme la branche d'aubépin
Qui est sur l'arbre tout tremblant,
La nuit, au froid, dans bien trop d'eau ;
Au matin, le soleil s'épand
Par feuilles vertes et rameaux.

Encor me souvient du matin
Où la guerre entre nous prît fin ;
Elle me fit un don si grand :
Amour entier, et son anneau !
Dieu fasse que je vive tant
Que j'ai les mains sous son manteau !

Peu me chaut l'étrange latin
Pour que je quitte Bon Voisin ;
Je sais bien comment vont paroles
Et se répandent vilains mots...
Quand d'autres d'amour s'affolent,
Nous y avons viande et couteau !
Ab la dolchor del temps novel
foillo li bosc, e li auchel
chanton, chascus en lor lati,
segon lo vers del novel chan;
adonc esta ben c'om s'aisi
d'acho don hom a plus talan.

De lai don plus m'es bon e bel
non vei mesager ni sagel,
per que mos cors non dorm ni ri,
ni no m'aus traire adenan,
tro que eu sacha ben de fi
s'el es aissi com eu deman.

La nostr' amor vai enaissi
com la branca de l'albespi
qu'esta sobre l'arbre tremblan,
la nuoit, a la ploia ez al gel,
tro l'endeman, que.l sols s'espan
per la fuella vert e.l ramel.

Equer me membra d'un mati
que nos fezem de guerra fi,
e que.m donet un don tan gran,
sa drudari' e son anel:
equer me lais Dieus viure tan
c'aia mas manz soz so mantel.

Qu'eu non ai soing de lor lati
que.m parta de mon Bon Vezi,
qu'eu sai de paraulas com van,
ab un breu sermon que s'espel,
que tal se van d'amor gaban,
nos n'avem la pessa e.l coutel.